wp42a225ce.png
wpa0131bb2.png
Metanomski_petit.jpg (2804 octets)

MISE EN PLACE ET PRISE EN CHARGE D'UN AMAIGRISSEMENT

 

Docteur Marcel METANOMSKI©

4 grands points me semblent fondamentaux à intégrer afin de se donner le maximum de chance de réussite dans la mise en place des amaigrissements.

Travail psychologique

Éducation nutritionnelle

Travail esthétique

Activités physiques

 

1/ TRAVAIL PSYCHOLOGIQUE très souvent imagé par des exemples de la vie de tous les jours.

a) Travail sur les motivations : C’est probablement le premier travail à effectuer tant de la part du médecin que de la part du patient car l’important est de trouver et de formuler voire d’écrire les motivations. A nous de comprendre la demande et de nous y adapter ... avec une certaine dose de rigueur appliquée dans le soutien psychologique car l'obèse doit souvent être dirigé, canalisé et laissé sans choix, au début tout au moins...

Une main de fer dans un gant de velours !

voilà ce que certains patients souhaitent de notre part.

Les résultats sont d'autant meilleurs que les motivations sont fortes et structurellement construites mais de cela, vous vous en doutiez car les schémas sont toujours les mêmes dans la vie si l'on souhaite réussir quelque chose.

b) Travail sur la confiance en soi avec intégration des données positives et négatives. Au vue des nombreux échecs de ces patients dans leurs régimes précédents, il semble important de les aider à reprendre confiance en eux par le biais de petit exemples POSITIFS de la vie courante, exemples où bien-sûr ils ont réussi ... même (et surtout au début) si ces exemples sont minimes. Un travail sur les " récompenses " se met ainsi en place progressivement, récompenses adaptées à l’effort fourni. Je suis toujours surpris de voir comme les patients sont souvent incapables, au début, de " se féliciter " d’un succès; ils ont ainsi tendance à fréquemment se dévaloriser ... dévalorisation aggravée par l’environnement familial, amical et/ou professionnel qui appuiera involontairement (ou volontairement) sur les points faibles !

Se reconstruire une personnalité positive inattaquable!

c) Travail sur la maîtrise de ses comportements. Maîtrise de ses comportement face à l’adversité de l’environnement (pression socioculturelle) mais aussi et surtout maîtrise dans le temps face à la routine, comportement qui est l’une des principales sources d’échecs sur le long terme. C’est ici que l’on entrevoit toute l’importance de la mise en place d’une dynamique (ou de consultations régulières) venant jouer le rôle d’une vaccination de rappel régulière " afin de maintenir une motivation à un taux élevé ... ". Chaque séance permet aussi d’ apprendre à mieux maîtriser ses pulsions et aussi se déculpabiliser face à d’éventuels échecs passagers toujours possible et sans gravité s’ils sont compris.

d) Apprendre à gérer ses stress et ses émotions. L’aide de l’homéopathie sera apprécié ici souvent en association à la mise en place d’ateliers de sophrologie et/ou d’autohypnose permettant en outre une découverte de ses propres freins alimentaires et de ses propres sensations psychologiques d’équilibrage diététique. Ce travail d’appréhension du "stress" est fondamental à mettre en place quand on sait qu’une des principales composantes causales de la prise de poids est la compensation alimentaire (sucrée ou non) à un stress quel qu’il soit. Un travail de substitution gustatif pourra ainsi être proposé.

 

2/ ÉDUCATION NUTRITIONNELLE

a) L’enseignement de l’utilisation des différents modes de cuisson moderne ainsi que l’utilisation des herbes et aromates sera impératif, sans compliquer inutilement les recettes ni rajouter des interdits dans les mélanges alimentaires (non fondés du point de vue scientifique).

* Primordial sera d’enseigner l’équilibre sur le long terme qui consiste à toujours redescendre d’un palier de 200 Kcal. le(s) jour(s) suivant(s) en cas d’excès à un repas et ce :

* sans jamais sauter de repas,

* sans diminuer le petit déjeuner,

* en jouant le plus souvent possible SUR LE DÎNER

* L’utilisation d’encas protéique coupe-faim sera proposé (laitages surtout) afin d’éviter les grignotages qui sont la source principale de remontée progressive du poids : remontée souvent non perçue immédiatement car insidieuse (100 Gr. par ci, 100 Gr. par là ...).

Ce n’est jamais UN repas qui fait grossir ...

mais la répétition de petites erreurs !

b) Les objectifs seront d’arriver à mettre en place et maintenir régulièrement le rythme alimentaire suivant :

Petit déjeuner d’empereur,

Déjeuner de Prince,

Dîner de Mendiant

avec

RÉCOMPENSE (modérée) UN JOUR PAR SEMAINE

RÉCOMPENSES SANS FRUSTRATION NI DÉVALORISATION PERSONNELLE

NI SENTIMENT D’ÉCHEC

 

3/ TRAVAIL ESTHÉTIQUE

 

a) Travail sur la silhouette

* Médical par l’utilisation de la mésothérapie et/ou de la cellulolypolyse.

* Paramédical :

L’adjonction du drainage lymphatique (ou d’une pressothérapie de qualité) et la mise en place des soins annexes de type balnéo-thalassothérapie ( douches, jets, massages doux, enveloppements, électrothérapie ...) sont des points importants à proposer afin de pouvoir jouer sur les composantes aggravantes que sont la stase circulatoire veino-lymphatique mais aussi le stress.

J’insisterais sur un point souvent oublié qui est l’équilibre ostéo-articulaire et musculaire. En effet, après avoir perdu une importante quantité de poids, notre centre de gravité se trouve modifié et l’équilibre spatial de notre corps est alors perturbé pouvant devenir la source de douleurs réactionnelles invalidantes ostéo-articulaire ou vertébrale. La proposition d’un rééquilibrage ostéopathique des différents points d’équilibre donne d’excellents résultats assurant entre autre une harmonie dans la démarche du sujet.

* Puis en dernier ressort seulement la chirurgie.

Il ne me semble pas judicieux de proposer une chirurgie correctrice du type lipoaspiration avant ou pendant un amaigrissement sous prétexte d’améliorer les motivations. L’expérience montre que l’échec " diététique " est fréquent dans ce cas, passé les premiers moments d’euphorie postopératoire, car les patients utilise cette chirurgie comme béquille à leur insuccès dans leur amaigrissement. De plus, sur le long terme, les amas graisseux dysharmonieux réapparaissent dans d’autres localisations non souhaitables car l’éducation alimentaire n’a souvent pas eu le temps de se mettre en place ... car masquée par le temps interventionniste.

Seules les interventions lourdes du style lipectomie (associées ou non à des lipoaspirations importantes) peuvent être proposées et ce à titre de correction esthétique " vitale " en fonction de l’importance de la ptôse cutané. Quant aux interventions gastriques afin de diminuer l’apport alimentaire, elles ne doivent être réservées qu’à certains cas d’obésités massives graves.

 

b) Choix vestimentaire des formes et des couleurs

* Éviter les vêtements trop moulants, trop courts (jupes ou manches) peu saillants quand on est encore trop fort.

* Ne plus porter de vêtement à élastique car ils ne permettent pas de " se sentir maigrir ". Il sera important progressivement de se trouver un étalon de taille.

* Éviter les tissus à rayures horizontales ou à carreaux. Préférer plutôt les vêtements à rayures verticales.

* Éviter les tissus épais et rugueux qui étoffent la silhouette au profit des tissus plus légers.

* Éviter les couleurs trop vives et luisantes au profit des tissus mats et pelucheux.

* Préférer des bijoux ou accessoires assez importants qui diminuent l’aspect de la silhouette.

* L’utilisation de vêtements amples, vagues, du style jogging sans formes, représentent des vêtements " caches-misères " qui ne permettent pas de montrer une saine image de soi (surtout quand ils sont portés en permanence). Ils seront utiles plus tard en fonction du résultat final notamment si la silhouette souhaitée n’est pas atteinte.

c) Habits " sentinels "

Mieux que la surveillance par la pesée qui n’est intéressante que si elle hebdomadaire (journalièrement cela est source de stress), je propose de se baser sur :

* Les trous de la ceinture qui eux sont fixes (et donc pas de ceinture élastique)

* Un vêtement de qualité apprécié par l’individu (robe serrée, costume ...): le fait de ne plus être à l’aise dans ce vêtement référence implique une prise de poids et donc une attention plus soutenue dans son alimentation.

"Ce n’est pas les vêtements qui rétrécissent mais

le corps qui reprend du poids!"

 

d) Sensibilisation à l’esthétique annexe comme le maquillage, la coiffure, les parfums, les soins du corps ... tous détails parfois non pris en compte par certains obéses. L’on entrevoit donc tout l’intérêt d’une dynamique de professionnels incluant obligatoirement la présence d’une esthéticienne.

 

4/ LES ACTIVITES PHYSIQUES ( ou sportives )

Cette mise en place sera toujours progressive et ludique car les sujets en surpoids sont (très) rarement des sujets appréciants les sports (3 fois 1 heure par semaine). De plus le niveau calorique d’un régime protido-végétarien n’autorise pas d’efforts intenses tout au moins à ses débuts. L'achat de matériel de sports pour le domicile reste une excellente solution à moindre frais (moyenne de 120 euros par appareil choisi!). Des activités d’endurance douce (marche, golf, natation) seront proposées afin :

- d’augmenter la dépense énergétique et donc d’accélérer la perte de poids,

- de relancer le travail cardio-respiratoire,

- d’améliorer la masse musculaire et le jeu ostéoarticulaire,

- de ré-amorcer efficacement la "pompe veino-lymphatique" source d’élévation de l’oxygénation des tissus et donc de sa capacité régénératrice.

 

a) Maintien voire augmentation du capital musculaire grâce à l’apport protéique et la pratique d’activités physiques. Notons une diminution progressive de l’épaisseur du tissu adipeux par combustion intense et compression mécanique.

    Notons qu’il existe une baisse du métabolisme de base comme dans TOUS les régimes basses calories; en effet il semble que l'organisme se protège contre un amaigrissement excessif en diminuant son métabolisme de base, comme pour se protéger. L’on entrevoit ainsi l'importance de la mise en place des activités physiques pour augmenter ce métabolisme de base.

 

b) Amélioration de la qualité de la sangle abdominale, dorso-lombaire etc... évitant ainsi un affaissement de la silhouette.

 

c) Retonification du tissu musculo-cutané et conjonctif de part l’amélioration de sa perfusion veino-lymphatique mais aussi par stimulation (écrasement) des tissus sous-cutanés et donc les fibroblastes qui réagissent à cet agression positive en augmentant leur synthèse de fibres de collagène et d’élastine.

 

Le facteur âge

Plus l’âge des sujets sera jeune, plus ces tissus sont facilement stimulables et réagiront bien au régime en se rétractant progressivement.

Plus l’on se rapproche de la quarantaine et plus le surpoids est ancien, avec cellulite fibreuse froide, plus l’on note dans notre expérience un échec esthétique " relatif " mais toujours POSITIF sur le poids qui par sa diminution diminue les risques des complications morbides.

wpc4ec001c.png

 

wpcfa5b35e.png
wp5c19808a.png